Certes, la vaccination des chiens n’est pas une exigence en France, mais elle est fortement recommandée. D’un côté, elle immunise nos chiens des maladies nocives et mortelles irréversibles. D’un autre côté, elle nous protège contre les zoonoses telles que la rage. La commencer au bon moment pourrait donc être vital.

Contre quoi vacciner son chien ?

Les chiens, tout comme les êtres humains, sont porteurs de plusieurs maladies, qui sont parfois mortelles. Il n’existe pas encore de traitement contre elles, mais des vaccins permettent de les prévenir.

  • La rage : maladie à virus hautement mortelle et transmissible à l’homme par l’animal infecté. Cette maladie se transmet par morsure, griffure ou même par léchage de l’animal infecté.
  • La maladie de Carré et l’hépatite virale de Rubarth : s’attaquent principalement à l’appareil urinaire, à l’appareil respiratoire et aux intestins. Elles sont toutes deux transmissibles entre animaux par voie aérienne, via les sécrétions ou excréments de l’animal infecté.
  • La leptospirose : transmissible à l’homme par contact avec l’urine de l’animal infecté ou par contact avec d’autres substances contaminées par l’urine infectée.
  • La toux de chenil : est caractérisée par une toux violente et sèche et se transmet entre animaux, lorsque ceux-ci sont ensemble, dans une même cour ou en pension.
  • La parvovirose : est une gastro-entérite sévère. Elle se transmet entre chiens par contact avec les selles de celui qui est infecté ou au contact de tout objet ou lieu contaminé par le virus.

Débuter la vaccination dès son plus jeune âge

Bien évidemment, grâce au colostrum de la mère, qui transmet ses anticorps à ses petits via allaitement, même étant fragiles, les chiots sont protégés des infections dangereuses. C’est une immunité dite « passive », car les anticorps transmis diminuent graduellement. Après le sevrage, ils sont exposés aux dangers.

Selon Dr Milou, la première injection de la primovaccination se fait en général à l’âge de deux mois, c’est-à-dire à partir de 6 à 8 semaines. Il s’agit du vaccin CHPPi-L, contre la maladie de Carré, l’Hépatite de Rubarth, la Parvovirose, la Toux de chenil et la Leptospirose.

Après 1 à 3mois, selon le vétérinaire et le mode de vie du chiot, il reçoit sa deuxième injection de la primovaccination CHPPi-L + R incluant le vaccin contre la Rage. D’après les analyses portées sur la rage, ce cas est très rare en France grâce aux nombreuses campagnes depuis 2001. Néanmoins, relâcher la lutte maintenant ne fera qu’augmenter le risque de sa réapparition.

Faire des rappels réguliers

À l’âge de 1 an, le chien devrait faire un rappel CHPPi-LR. Pour une protection plus efficace et durable, voire toute sa vie, il est aussi indispensable de faire des rappels CHPPi-L. Cela se fait tous les deux ans s’il a reçu toutes les doses citées ci-dessus correctement. Sinon, il se peut que le protocole vaccinal soit repris depuis le début.

En général, le vaccin antirabique est obligatoire lors d’un voyage à l’étranger. Il est tout de même crucial de vérifier le protocole de vaccination du pays de destination pour éviter toute sanction sévère. N’oubliez donc pas la carte de vaccination.

En résumé, la vaccination contribue tant au bien-être de nos animaux de compagnie qu’à notre santé. Bien que celle-ci ne soit pas gratuite, elle évite des frais médicaux plus chers, mais aussi le risque de perdre notre meilleur ami. Ainsi, mieux vaut prévenir que guérir !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici